NUITS BARBARES

ce forum est dédié a tous les passionnés des jeux et sorties BDSM, fétichistes amateurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Attaché et fouetté en public toute la nuit: la totale!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
électrique



Messages : 2
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 62
Localisation : belgique

MessageSujet: Attaché et fouetté en public toute la nuit: la totale!   Sam 16 Fév - 23:43

Je suis attaché en coulisses, très écarté par une barre, ligoté et bâillonné en short en velours très court. On me place une électrode sur le gland retroussé et une autre à la base du sexe et on remets le tout dans le short.
J'entends le public bruyant qui m'attend. Je me débats, je ne veux plus mais je ne peux plus rien arrêter.
La poulie me lève et je me retrouve au-dessus du public, trop haut pour qu'il me touche.Je découvre un large public enthousiaste, sadique et pro-actif. Surtout des filles. Je suis exhibé au-dessus du monde.
Je descend lentement vers les mains tendues.
Dès que je suis à portée, les martinets claquent surtout entre mes cuisses et à ras du short.
Puis on me retourne: suspendu, jambes et bras écartés vers le haut, 1m au-dessus du public, j'ai beau essayer de me libérer, celui-ci s'en donne à coeur joie: fouet dans l'entrejambe pendant 15 minutes.
Ensuite, on met en route le stimulateur au niveau 5: la vibration ondulatoire tout au long du sexe est déjà très gênante. 5 secondes de décharges et 5 secondes de repos. C'est le public qui décide les montées de niveau.
De 6 à 8, les vibrations semblent arracher le sexe.
Plus je gesticule, plus les filles s'amusent et redoublent le fouet pendant les 5 secondes de repos.
À partir de 10, la douleur est très forte. La cadence est toujours de 5 secondes de décharge et 5 secondes de repos pendant lequel le public peut fouetter les jambes.
11, puis 12, la douleur est très violente. J'essaie par toutes sortes de contorsions de me libérer.
À partir de 13, la douleur qui cogne en longues vibrations est quasi insupportable mais solidement ligoté et baillonné, je ne peux rien faire pour stopper tout.
L'érection est énorme et le sexe sort alors spontanément du short à la grande joie du public.
Au niveau 14, les 5 secondes de douleur provoquent une réaction de tout le corps. La cravache qui frappe toujours exactement au même endroit, très haut entre les cuisses, provoquent une douleur aigüe.
Enfin, le dessert, après au moins 30 minutes de niveau 14 en 5, 2 et 1 secondes, entrecoupés de coups de fouets et de cravache de plus en plus forts, le public, en hurlant d'excitation, veut lancer le niveau 15!
C'est fait!
La douleur est extraordinaire, les vibrations secouent violemment mon sexe compressé dans une énorme érection réflexe (25cm et plus). Je gesticule dans tous les sens, mais bâillonné et ligoté, rien ne peut arrêter le public!

Ensuite, je suis attaché sur un tonneau, mains et bras attachés écartés, le sexe pointant exposé à tous.
Le Maître veut corser à ce moment en autorisant le public à planter 5 aiguilles dans le gland et 2 dans chaque testicule. On ajoute 2 électrodes à chaque testicule.
La lente pénétration des aiguilles est très douloureuse: les filles se battent pour avoir une aiguille.
Enfin, on enfile un préservatif au-dessus des aiguilles.
Puis on relance l'électricité à maximum 10, car la douleur est beaucoup plus"piquante" par la conductivité des aiguilles! J'ai l'impression qu'on pique des milliers d'aiguilles à chaque décharge. La douleur aux testicules est violente et fait vibrer tout le corps.
Les filles montent sur moi et se font pénétrer par les violentes secousses de douleur. Elles règlent la cadence à 5, 3 ou 1 seconde.
A chaque changement de fille (et de préservatif), on augmente la puissance d'une unité.
Plus la pénétration est profonde, puis les aiguilles s'enfoncent dans le gland.
Je me tords pour me libérer mais la jouissance des filles ne me maisse aucune chance de répit.
Puis on monte de puissance jusqu'au 15 !
Outre le sexe qui semble arraché, la douleur des testicules est extraodinaire!
Tout le public est autour de moi. Impossible de hurler ou de me libérer. Je suis ligoté, les jambes de plus en plus écartées, l'entrejambe et le haut des cuisses rouges vif, irrités par les centaines de coups de fouet, de martinet et de cravache. Et, quand je pense que tout est fini, le Maître accorde encore 30 minutes au public qui a trouvé un scion de canne à pêche: en l'arquant très fort et le lâchant, le scion claque sur le sexe ou les testicules.
5 secondes de fouet, puis 5 secondes de violentes décharges électriques.
Non! Non! Non! Il reste 30 minutes: le plaisir sadique des filles en contemplation est à son comble! Elles fouettent à présent violemment le sexe et les testicules.
Ensuite, je suis retourné, toujours suspendu, mais sexe vers le bas.
De nouvelles filles rentrent dans la salle et décident de découper et arracher mon short!
Je resterai suspendu toute la nuit, exhibition forcée de tous mes organes aux manipulations de centaines de mains expertes et sadiques: coups de fouets, de cravaches, de lattes, de martinets, suspension aux testicules, pénétrations et bien-sûr décharges électriques.
La combinaison du SM au D/S provoque une jouissance extraordinaire, même si parfois la douleur est violente et on ne peut rien arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
électrique



Messages : 2
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 62
Localisation : belgique

MessageSujet: Soirée imprévisible: exibition forcée, fouet et électricité.   Mar 19 Fév - 2:47

Bonjour à l'administrateur qui m'a demandé mon texte: voici une version plus détaillée et plus en crescendo.
Je suis volontaire pour votre soirée!


Soirée hard: exibition forcée, fouet et électricité.

Je suis attaché en coulisses, très écarté par une barre, ligoté et bâillonné en short en velours très court. On me place une électrode sur le gland retroussé et une autre à la base du sexe et on remets le tout dans le short.
J'entends le public bruyant qui m'attend. Je me débats, je ne veux plus mais je ne peux plus rien arrêter.
J'ai très peur du public qui m'attend. Je veux stopper tout...trop tard!
La poulie me lève et je me retrouve au-dessus du public, trop haut pour qu'il me touche.Je découvre un large public enthousiaste, sadique et pro-actif. Surtout des filles. Je suis exhibé en short au-dessus du monde.
Je descend lentement vers les mains tendues armées de fouets, de martinets, de cravaches. Les filles hurlent pendant la descente. Je veux me libérer, crier stop mais impossible.
Dès que mes jambes très écartées sont à portée, les martinets claquent surtout entre mes cuisses et à ras du short. Tous les instruments y passent: coups de cravaches très violents et très douloureux. J'ai beau me contorsionner, je reste à la merci de ces filles en folie. C'est insupportable et très humiliant.
Puis on me retourne: suspendu par les jambes, très écartées, mains ligotées dans le dos, la tête 1m au-dessus du sol. J'ai beau essayer de me libérer, le public s'en donne à coeur joie: fouet très violent dans l'entrejambe présenté à tous. Pendant 15 minutes. Mon short, même très court, protège un petit peu le sexe des coups.
Mais, à ras du short très court, mes entre-cuisses sont écarlates, striées et très sensibles..
Ensuite, on met en route le stimulateur au niveau 5: la vibration ondulatoire tout au long du sexe est déjà très gênante. 5 secondes de décharges et 5 secondes de repos. C'est le public qui décide les montées de niveau.
De 6 à 8, les vibrations semblent arracher le sexe.
Plus je gesticule, plus les filles s'amusent et redoublent le fouet pendant les 5 secondes de repos.
À partir de 10, la douleur est très forte. La cadence est toujours de 5 secondes de décharge et 5 secondes de repos pendant lequel le public peut caresser ou fouetter les jambes.
11, je voudrais hurler stop, puis 12, la douleur est très violente. J'essaie par toutes sortes de contorsions de me libérer. Le micro annonce que le niveau 13 passe un cap et double quasi la puissance. Le public réclame le niveau 13 et l'obtient.
La douleur aigüe qui cogne le gland en longues vibrations est quasi insupportable mais solidement ligoté et baillonné, je ne peux rien faire pour stopper tout. Le public rit de mes contorsions de douleur en tous sens.
L'érection est énorme et le sexe sort alors spontanément du short à la grande joie du public. les fouets et cravaches redoublent alors sur le sexe et les testicules. Je hurle toujours, du moins j'essaye.
Je ne sais plus ce qui est le plus douloureux: les 5 secondes de décharges à 13 ou les violents coups sur mon sexe dilaté, énorme, rouge de coups et très sensible.
Au niveau 14, les 5 secondes de douleur provoquent une réaction de tout le corps. La cravache qui frappe toujours exactement au même endroit, très haut entre les cuisses, provoquent une douleur aigüe.
Enfin, le dessert, après au moins 30 minutes de niveau 14 en 5, 2 et 1 secondes, entrecoupés de coups de fouets et de cravache de plus en plus forts, le public, en hurlant d'excitation, veut lancer le niveau 15!
Non! Un peu de repos! Non!
C'est fait!
La douleur est extraordinaire, insupportable, les vibrations profondes secouent violemment mon sexe compressé dans une énorme érection réflexe.. Je gesticule dans tous les sens, mais bâillonné et ligoté, rien ne peut arrêter le public! Les décharges à 15 donnent en plus des sensations très piquantes, comme si on perforait mon sexe!
Les filles réclament de se faire pénétrer par moi, de force.
On me détache et je suis attaché sur un tonneau, mains et bras attachés au sol, très écartés, le sexe pointant exposé à tous. Une fille verse du vinaigre sur toutes mes rougeurs et mes stries.
Le micro propose alors une nouveauté (pas prévue!) pour corser la suite en autorisant le public à planter 5 aiguilles dans le gland et 2 dans chaque testicule. On ajoute 2 électrodes à chaque testicule.
Les longues aiguilles de 7-8 cm de long sont tirées au sort dans le public et distribuées!
Je veux bouger, arrêter cela: c'est horrible de voir ces filles surexitées, l'aiguille à la main.
La première se dirige vers moi, le sourire aux lèvres. Je ne peux bouger.
La lente pénétration de la première aiguille est très longue et très douloureuse: pire encore que les plus fortes décharges électriques! les filles se battent pour être la suivante. La 2ème aiguille dans le gland est encore plus profonde. La 3ème ne parvient pas à pénétrer puis traverse très lentement un testicule.
La 4ème troue le prépuce et provoque une nouvelle forme de douleur, très piquante, fulgurante, puis traverse le sexe en diagonale. La 5ème troue de part en part l'autre testicule. La 6ème est piquée par en-dessous et remonte jusqu'au gland. Enfin, la dernière, beaucoup plus grosse et plus longue, entre difficilement dans le gland dilaté et traverse toute la verge: mes secousses sont très violentes, on resserre mes liens.
Je pense que tout se termine enfin une fille enfile un préservatif au-dessus des aiguilles et les fait pénétrer un peu plus.
Le micro annonce alors que ce n'est pas fini et que la douleur électrique est beaucoup plus"piquante" par la conductivité des aiguilles!
Pour mieux en juger, on retire mon baillon. Je hurle alors toute ma douleur, j'implore, je veux tout arrêter, j'ai oublié le mot de passe pour stopper.
On annonce le niveau 8: Je hurle de douleur, c'est insupportable. Plus je hurle, plus les filles rient.
J'ai l'impression qu'on pique des milliers d'aiguilles à chaque décharge. La douleur aux testicules est violente et fait vibrer tout le corps.
Les filles découpent et arrachent mon short, montent sur moi et se font pénétrer à la cadence qui leur plait en savourant les violentes secousses de douleur. ponctuées de mùes hurlements.
Elles règlent la cadence à 5, 3 ou 1 seconde. Chaque fille reste environ 15 minutes.
A chaque changement de fille (et de préservatif), on augmente la puissance d'une unité.
Plus la pénétration est profonde, puis les aiguilles s'enfoncent dans le gland ou dans la verge et plus l'électricité va loin. Mes cris de douleur sont très longs, stop, stop !
Je me tords pour me libérer en hurlant mais ça excite encore plus les filles.
Leur jouissance ne me laisse aucune chance de répit. Mes hurlements les amusent!
Toutes les filles inactives se régalent de ma douleur et font de nombreuses photos de mon sexe, de mon visage défiguré par la douleur ou quand je hurle.
Entre 2 filles, d'autres me fouettent avec une violence inouïe: plus aucune limite.
Je n'ai jamais eu une aussi grande érection et les filles s'empalent tour à tour sur mon sexe truffé d'aiguilles et secoué de décharges électriques qui suivent les aiguilles en brûlant!
Le passage au fameux 13 m'a arraché des hurlements ininterrompus pendant que plusieurs filles en profitent. Réglé à 1 seconde de violente douleur toutes les 2 secondes, les filles se régalent des pénétrations répétées. Mes hurlements sont toutes les secondes et bientôt soutenu par un applaudissement à chaque seconde!
Plus je ressens la douleur, plus je hurle, plus elles s'amusent et prennent leur plaisir.
C'est impossible, stop, je hurle, je crie, je gesticule: il reste au moins 10 filles insatisfaites!
On monte de puissance jusqu'au 15 !
Outre le sexe qui semble arraché, la douleur des testicules est extraodinaire! Les aiguilles brûlent à chaque décharge, je n'en finis pas de hurler. Elles en ont marre et remettent le baillon.
Tout le public est autour de moi et se délecte. Impossible de hurler ou de me libérer. Je suis ligoté, les jambes de plus en plus écartées, l'entrejambe et le haut des cuisses rouges vif, irrités par les centaines de coups de fouet, de martinet et de cravache. Et, quand je pense que tout est fini, le Maître accorde encore 30 minutes au public qui a trouvé un scion de canne à pêche: en l'arquant très fort et le lâchant, le scion claque sur le sexe ou les testicules.
5 secondes de fouet, puis 5 secondes de violentes décharges électriques.
Non! Non! Non! Il reste 30 minutes: le plaisir sadique des filles en contemplation est à son comble! Elles fouettent à présent violemment le sexe et les testicules.
Ensuite, je suis retourné, toujours suspendu, mais sexe vers le bas.
Tout au long de la nuit, de nouvelles filles rentrent dans la salle et viennent me caresser partout, me sodomiser avec un bois, me fouetter à nouveau. Certaines demandent 15 ou 30 minutes d'électricité.
Je resterai suspendu toute la nuit, exhibition forcée de tous mes organes aux manipulations de centaines de mains expertes et sadiques: coups de fouets, de cravaches, de lattes, de martinets, suspension aux testicules, pénétrations et bien-sûr décharges électriques.
L'une d'elle a une idée: elle arrache les électrodes du sexe et les remplacent par un long fil à souder, plié en deux, et présentant une extrémité ronde donc.
L'une est entrée dans le gland très profondément (25cm) et l'autre est insérée entre mes fesses et remonte loin loin (30cm.) Je n'ose pas comprendre. On retire mon baillon.
Je proteste, je hurle, je les injurie, je me débats dans tous les sens: personne n'en tient compte.
Avec horreur, je vois une fille coller les électrodes aux extrémités des fils insérés si loin.
Elle commence par le niveau 5 à tout hasard: c'est horrible, plus fort que le 15 avec aiguilles, la douleur aigüe traverse le gland, toute la verge, les testicules et remonte au plus profond jusqu'en mes entre deux fesses.
Elles ordonnent de me taire mais je hurle et elles montent d'un niveau chaque fois.

Comme je suis pendu par les bras et jambes, je peux bouger, gesticuler, me soulever en hurlant mais je ne parviens pas à me libérer.
Chaque nouvel arrivant me donne droit à une nouvelle séance. Une légère fuméee monte de mon gland! Ca brûle! Mais mes hurlements n'arrêteront personne jusqu'au petit matin...

Cette nuit mémorable a provoqué une jouissance extraordinaire, la plus puissante de toute ma vie, même si parfois la douleur est très violente, insupportable et surtout si on ne peut rien arrêter malgré ses hurlements.
L'humiliation de dizaines d'yeux se délectant est insupportable.Les photos sont humiliantes.
La soirée est imprévisible, à la merci de chaque nouveau participant. (sous contrôle)
Le stress, l'exibition forcée,la violente douleur: un cocktail que je veux bien subir lors d'une prochaine soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marcelle64



Messages : 2
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 69
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Attaché et fouetté en public toute la nuit: la totale!   Mar 20 Mar - 20:06

bonjour cela doit être super j'aurai bien aimer etre a votre place
bonne soirée jcl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaché et fouetté en public toute la nuit: la totale!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaché et fouetté en public toute la nuit: la totale!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon cauchemar de cette nuit
» Flash info: Des coups de feu toute la nuit à l´aéroport de Lubumbashi
» Manga Kissa ou Manga café
» les joies des accus lipo
» [AIDE] Problème charge batterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NUITS BARBARES :: JOURNAL D UN SOUMIS-
Sauter vers: